Chargement en cours

Editos

Du concret ! Modifier Supprimer

jeu. 15 juin 2017

A l'heure où tout (ou presque) est virtuel ou dématérialisé, ça fait du bien de voir du concret. C'est donc avec joie que nous avons vu le résultat de l'action à laquelle les concurrents des C2N ont contribué par le truchement de l'euro reversé à CASSANDRA (voir article sur le blog). Bel exemple d'un projet mené rondement, avec des moyens limités et un résultat palpable. Comme les étés précédents, nous vous invitons de nouveau à nos sorties ouvertes, afin de vous retrouver et vous faire découvrir de façon concrète les Vosges de Grès. Surveillez notre site ou notre page FB, les rendez-vous y seront annoncés. Et si vous avez envie de vous fixer un (petit) challenge en solo où entre amis, essayez vous à notre rubrique « OFF Courses » en vous mesurant à une vraie montée. Venez toucher la réalité !

Sport, Soleil et Sourires Modifier Supprimer

mar. 11 avril 2017

La recette du bonheur a encore fonctionné sur les sentiers des Vosges de Grès ! Pas besoin de rajouter quoi que ce soit pour qualifier les C2N. Merci à tous les coureurs pour leur participation, leur gentillesse et leurs sourires, même lorsqu'ils étaient dans le dur, même s'ils n'ont pas réussi à aller au bout de leur rêve. Merci à tous les bénévoles qui ont donné leur énergie, leur temps et leur enthousiasme pour que l'alchimie fonctionne durant ce week-end.

Modifier Supprimer

lun. 10 avril 2017

Sport, Soleil et Sourires Modifier Supprimer

lun. 10 avril 2017

La recette du bonheur a encore fonctionné ce week-end sur les sentiers des Vosges de Grès !

Pas besoin d'en dire plus pour qualifier les C2N. Merci à tous les coureurs pour leur présence, pour leur gentillesse, leurs sourires même lorsqu'ils ont été dans le dur, même lorsqu'ils n'ont pas réussi à aller au bout de leur rêve. Merci à tous les bénévoles qui ont donné leur énergie, leur temps et leur enthousiasme pour que cette alchimie fonctionne le temps d'un week-end.

L'échéance approche Modifier Supprimer

mar. 14 février 2017

En cette Saint Valentin, une belle lumière inonde les Vosges de Grès. Les oiseaux s'en donnent à cœur joie, la nature s'éveille doucement. Ça fleure bon le printemps et on se sent revivre ! Comme quoi il ne faut pas grand-chose pour retrouver le sourire. Beaucoup ont dans leurs projets de participer aux C2N et les inscriptions vont bon train. Le Challenge des Seigneurs et l'Intégrale ont atteint leur quota, les dossards pour le Grand Défi et le Défi des Seigneurs seront bientôt épuisés. Nous avons pu rajouter des puces pour le DDS, mais ce ne sera pas possible pour les autres courses. Votre intérêt grandissant d'année en année nous fait très plaisir et nous oblige. Fidèles à notre philosophie, nous souhaitons privilégier la qualité de l'accueil à la quantité. C'est pour ça que nous ne rajouterons pas de dossards le dimanche. Je peux comprendre que cela puisse entraîner des frustrations parmi ceux qui se décident (trop) tard. Merci d'avance pour votre compréhension.

En attendant le début du mois d'avril, il reste deux reconnaissances auxquelles vous êtes cordialement invités : le dimanche 26 février sera consacré à la fin du Défi des Seigneurs, et le 12 mars vous aurez l'occasion de vous familiariser avec le début du Grand Défi des Vosges nouvelle formule. A l'occasion de cette dernière reconnaissance nous vous réservons une belle surprise. Surveillez notre page Facebook et la zone Rendez-Vosgi sur notre site internet !

Bon Anniversaire ! Modifier Supprimer

dim. 1 janvier 2017

1997 – 2017 : voilà 20 ans que l'aventure des Vosgirunners a commencé. Du groupe de femmes qui souhaitait faire du jogging ensemble il reste toujours l'esprit avec les QDB qui font leur sortie tranquille le mardi soir. Mais que de chemin parcouru, quelle énergie créatrice déployée durant ces vingt années ! Le Grand Défi des Vosges a été le premier trail créé dans l'est de la France. Et même si nous n'en sommes pas l'inventeur (il faut laisser à Rémy ce qui lui appartient), cette nouvelle façon de pratiquer la course à pied nous a tout de suite fait vibrer et nous l'avons développée et déclinée avec le succès qu'on sait. La Vosgigazelle était également un concept novateur avec une course réservée aux femmes. Peut-être trop en avance sur son époque, mais qui aura marqué une génération de coureuses. Mais nous ne sommes pas là pour ressasser le passé. L'année qui vient reste à écrire page après page et vous pouvez y contribuer. Surveillez notre site internet et notre page FB, les reconnaissances des C2N vont s'enchainer. Puis arrivera le week-end du 08 et 09 avril avec les Courses Nature où vous pourrez découvrir notamment le nouveau format "marathon" du Grand Défi des Vosges. La période estivale sera émaillée de sorties ouvertes pour vous faire découvrir les merveilles des Vosges de Grès, puis viendra le temps de l'autre course mythique, la Montée du Wintersberg le 05 novembre.

 

Nous vous souhaitons à tous une Bonne Année Vosgi !

Une fréquentation au zénith ! Modifier Supprimer

lun. 7 novembre 2016

Ne croyez pas ce que disent les journaux : la Montée du Wintersberg n'est définitivement pas un trail ! C'est une course de montagne, avec un tracé nerveux et racé, une histoire bien ancrée dans son territoire et qui du haut de ses 24 éditions pourrait traiter de "jeunots" bon nombre des coureurs qui y participent. Cette année le plateau des vainqueurs potentiels était particulièrement relevé, mais c'est la masse des anonymes venus se mesurer à eux-mêmes qui impressionne. Et réussir à leur arracher un sourire au sommet de la "montée infernale" (les 629 concurrents sauront où ça se trouve), alors que le souffle est court et que les cuisses brûlent, est un challenge que les spectateurs massés à cet endroit ont réussi à relever très souvent. C'est dire si le plaisir des coureurs a pris le dessus sur leur souffrance dans l'effort. Et une fois la ligne d'arrivée franchie, les analyses ont fusé autour du vin chaud d'arrivée ! Sûr que l'année prochaine vous prendrez encore plus de plaisir grâce à l'expérience que vous avez engrangée lors de cette édition. Merci à tous pour votre participation et votre sympathie !

Ça va pétiller dans les Vosges de Grès ! Modifier Supprimer

jeu. 15 septembre 2016

En ce jeudi 15 septembre, l'exceptionnel été indien se termine. Au pied des Vosges de Grès, la récolte du Crémant s'annonce excellente après cet épisode ensoleillé qui aura optimisé le mûrissement des raisins. Pour les Vosgirunners aussi, l'heure des vendanges approche, va falloir se concentrer comme le sucre dans le raisin ! Ce sera une vendange tardive, elle est programmée le 6 novembre. Et c'est à vous qu'on va faire appel pour vendanger ! Nous vous attendons nombreux. Pas besoin de sécateur : une bonne paire de chaussures tout terrain, un short et un maillot, c'est tout l'équipement qu'il vous faudra. Vous pouvez vous inscrire dès à présent pour participer à ce nouveau millésime de la Montée du Wintersberg. Vous pourrez vous familiariser avec le terrain à l'occasion des reconnaissances que nous allons organiser, surveillez notre site internet et notre page facebook. Et en ce premier dimanche de novembre, c'est vous qui ferez de cette Montée un Grand Cru !

Découvrir les Vosges de Grès Modifier Supprimer

sam. 13 août 2016

Fidèles à leur vocation, les Vosgirunners vous font découvrir les Vosges de Grès à l'occasion des sorties ouvertes organisées par ses membres. Après le coin de Bitche en juin, Weiterswiller en juillet, rendez-vous le 21 aout à Reipertswiller. En septembre ce sera La Petite Pierre. Surveillez les rendez-vosgi et joignez vous à nous !

 

Bonnes fin de vacances et bonne rentrée !

Qu'est-ce qui nous fait courir ? Modifier Supprimer

ven. 27 mai 2016

Si vous ne vous êtes jamais posé la question, elle vous a certainement été soumise par une connaissance se demandant quel plaisir on pouvait trouver à suer et s’essouffler, et en plus sans aucun ballon à attraper ! L’explication tient en plusieurs points qui s’empilent et s’imbriquent comme des Légos. A la base il y a un besoin quasi physiologique qui pousse à courir. Ce besoin est la fondation de tout l’édifice. On peut en être conscient depuis sa jeunesse (j’ai toujours fait les choses en courant, courir m’a toujours plu), ou le découvrir plus tardivement dans sa vie à diverses occasions (je cours suite à un régime, en complément à un autre sport, pour évacuer mon stress,…et ça me plait). Dans tous les cas, si le besoin n’est pas présent on ne pourra pas devenir un pratiquant assidu et on se tournera vers une autre activité (vélo ? natation ? zumba ?). Ce besoin "basique" étant assouvi, le coureur se prend au jeu et recherche des motivations supplémentaires qui lui permettent d'enrichir sa pratique. Il sortira en groupe, se trouvera un club, variera ses pratiques (bitume, chemin, montagne,…) avec pour objectif d'augmenter le plaisir qu'il trouve à la course à pied. Certains seront satisfaits de ce fonctionnement qui n'exclut pas la progression, l'essentiel étant de se sentir en bonne forme. Mais beaucoup de personnes ont au fond d'eux l'esprit de compétition qui les amènera à mesurer leur niveau intrinsèque et à le comparer au fil des ans. Le moyen ? Le chronomètre. Entre le 5km et le Marathon, sur route ou en trail le choix est vaste. L'adversaire ? C'est soi-même. Hormis quelques exceptions, le coureur du peloton ne court pas pour battre les autres coureurs, il se bat pour améliorer ou réaliser une performance à son niveau. Le corolaire de cette logique, c'est que la compétition apporte une reconnaissance au sein du peloton, quel que soit son niveau, qu'on le veuille ou non. On finit par retrouver sur la ligne de départ des personnes qui ont à peu près notre niveau et on finit inévitablement par se comparer !

Mais le but ultime, la réponse définitive à la question initiale, c'est l'accomplissement de soi. Ce n'est pas un paramètre mesurable, mais un aboutissement, un état d'esprit. C'est la réponse à la recherche de ses limites. C'est un paramètre très variable en fonction des individus et qui n'implique pas d'accomplir un exploit dans l'absolu, mais chacun à son niveau. C'est le moment où on se connaît suffisamment et ou on a acquis assez d'expérience pour partir sereinement sur une épreuve qu'on ne sera pas certain de finir parce qu'on sait qu'on ne maîtrise pas tout. Car finalement la limite n'est pas en nous et elle n'est pas fixe. Elle dépend de tellement de paramètres qu'elle n'est jamais très loin, même lorsqu'on se dit que tout va bien. Arriver à intégrer l'impondérable, à l'évaluer et à avoir l'attitude adaptée, voilà la clé de cette quête.